30 novembre 2008

Un week-end à Pékin...

 Encore un week-end qui s'achève...Le plus triste moment de la semaine! Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait un lundi après le dimanche? Juste une fois, une toute petite fois, qu'après dimanche, ce soit samedi...

 Encore un week-end très rempli. Décidément, je n'arrive toujours pas à intégrer dans ma petite tête que les journées ne comportent pas 48h, de même qu'il faut dormir pour être en forme! Tant pis, vous me laisserez trois mois pour hiberner quand je rentrerai!

 Comment commencer un excellent week-end? Oui, vous avez deviné: un restaurant français! Oui, j'entends déjà les critiques d'une de mes meilleures amies: "Quoi, restau français? Tu es en Chine pour manger chinois, avoir des amis chinois...et danser le tango avec des Chinois!". Et ben non! Parfois, juste le temps de quelques heures, on a besoin de se réfugier dans une petite pièce dans laquelle flotte une douce odeur de fromage de chèvre et de romarin, d'huile d'olive et de crème fraîche...Et ça te ressource pour plusieurs semaines! Et puis quand même, c'est mon premier restaurant français en trois mois, pas mal hein! Nous avons donc fêté nos "trois mois" avec une amie française dans ce charmant petit "Café de la poste", et j'ai employé toutes les techniques de méditation à ma portée pour garder en mémoire cette sensation si douce que l'on ressent quand le petit toast aux aubergines, romarin et basilic caresse légèrement le palais...Et ce kir au cassis! Un moment parfait...avant de repartir vers les délicieuses cantines pékinoises.

 Le ventre plein, et les larmes aux yeux (quelle émotion de retrouver notre si douououce France!), nous avons ensuite découvert une autre facette de la vie nocturne pékinoise: un joli petit "bar-hangar" où se produisent des groupes de musique. Un endroit très sympa: des murs en pierres, peu de décorations, une lumière très tamisée, un espace assez petit, et des gens des quatre coins du monde. Groupe de rock italien, puis rock/trip-hop chinois, genre Radiohead/Portishead, avec derrière les musiciens un écran géant qui projetait des images assez hallucinantes. Soirée parfaite, petit dodo...Réveil avec les marteaux picqueurs...à 8h! Un samedi, argh! Ils font des travaux dans ma fac depuis deux mois, la nuit comme le jour...J'ai l'impression qu'ils ne s'arrêtent jamais.

 Samedi après-midi: direction Huguang. Vous savez, ce joli petit théâtre dont je vous ai déjà parlé: tout en bois multicolore, des masques géants à côté de la scène, une cour ravissante avec du lierre et des oiseaux, une maison de thé... J'ai encore une fois eu la chance de me glisser dans les coulisses (c'était l'ami d'une copine chinoise qui jouait l'empereur, hé! entre membres de la famille impériale, ça ne rigole pas) pour observer la préparation des acteurs avant le spectacle. Je suis toujours aussi fascinée par cette métamorphose si rapide: en quelques minutes , un garçon quelconque devient un empereur magnifique et fascinant, avec un maquillage superbe, des étoffes, une coiffe, des chaussures élevées...J'ai observé chaque étape de cette transformation, et je n'ai bien sûr pas lâcher mon appareil photo. Mais celui qui m'a le plus fasciné n'était pas déguisé, ce n'était pas un acteur, mais un vieux monsieur: le professeur. C'est vraiment fascinant de voir son regard perçant se poser sur ses élèves, les conseils qu'il leur donne avant l'entrée en scène, et parfois, sans se gêner, il soulève légèrement le rideau à l'arrière de la scène pour observer les comédiens. Une scène évidemment inimaginable dans un théâtre en France! Mais ici, le rapport au théâtre n'est absolument pas le même. Par exemple, entendez-vous souvent votre voisin au théâtre réciter le texte en même temps que l'acteur qui joue? Impensable, le silence est de rigueur (on se sent même obliger de se retenir de tousser dans certains théâtres prout-prout!)! Et bien quand on assiste à de l'Opéra de Pékin, le spectacle dans la salle est presque aussi intéressant que celui qui se joue sur scène: les gens fredonnent ou chantent carrément, ils bougent leurs visages en rythme avec la musique, boivent du thé, grignotent...

 Samedi soir: Le Fantôme de Canterville d'Oscar Wilde, interprété par une troupe anglaise. Un tout autre registre évidemment que le spectacle précédent (!), mais une même complicité entre les acteurs et la salle. Nous avons beaucoup rit, et personnellement j'en ai profité pour travailler un peu mon anglais et mon chinois (pièce en anglais/ surtitres chinois). Encore une fois, j'ai beaucoup aimé le fait qu'un texte puisse faire rire des gens issus de cultures si différentes. C'est quand même génial d'être unis par le rire!!

 Asie, Europe..Il manquait un peu d'Afrique! Petite soirée afro-soul dans un joli bar à Sanlitun ( le quartier le plus connu pour les restaurants/bars): défilé d'habits africains, expos de peintures et musique africaine. Parfait!

 Réveil difficile...Mais acceptable grâce à la boîte à trésors que ma tante m'a envoyé (des tonnes de fromage et de chocolat!). Assez de force pour aller découvrir un parc près de chez moi. Sur le chemin, un joli marché en plein air, des gens qui cuisinent dehors, d'autres qui se font couper les cheveux (toujours dehors!), des petits pains à la vapeur, des poules et des lapins (et oui, toujours à Pékin!), des enfants qui font leurs exercices d'anglais. Nous nous sommes volontairement perdues, avant de trouver ce petit jardin. Un petit moment sur un banc pour sentir le froid tombé et regarder une dame qui faisait du Taichi et d'autres qui jouaient au badminton. Sur le chemin du retour, petit halte au Wu Mei (mon Franprix d'ici)...Désillusion: rupture de stock de chocapic!...Heureusement qu'il me reste du chocolat à la noix de pécan pour demain matin, gnarck gnarck gnarck...

 

Posté par xiaonanane à 16:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Un week-end à Pékin...

    Miam miam

    Toutes ces histoires de nourriture m'ouvrent l'appétit... Heureusement que je vais faire bientôt un voyage avec Nawal la gourmande, mmmmmmmm!

    Posté par me, 30 novembre 2008 à 21:40 | | Répondre
  • Tu as oublié l'Amérique du Sud dans ton périple du week-end

    Posté par Laure, 03 décembre 2008 à 18:38 | | Répondre
  • j'ai oublié une petite question que seule une pékinoise peut répondre: c'est quand le dernier métro?

    sinon, permets-moi faire une petite remarque sur la réaction de tes compatriotes face aux accents étrangers. alors, en général je dirais qu'ils sont assez réceptif et même un "peu" attirés des accents si charmants comme le mien. et oui, après quelques années vivant avec un petit cmplexe concernant mon accent, j'ai décidé de finir par croire que j'ai un "accent mignon" (modestia a parte)

    Posté par Inma, 11 décembre 2008 à 00:14 | | Répondre
Nouveau commentaire