17 janvier 2009

L'enfer des bibliotheques...

          Hier, j'avais prévu une journée studieuse dans des bibliothèques, car même si le temps semble s'être suspendu à Pékin, il avance dangereusement vite à Paris, et je sais d'avance que le temps des dossiers, mémoire et autre babioles à rendre arrivera bien plus vite que prévu. Donc bonne résolution en perspective!

       Quelle bibliothèque pouvais-je bien choisir, pour trouver éventuellement quelques ouvrages en anglais, ou ô miracle, en français? La grande bibliothèque nationale! Ou plutôt, la grrraaande bibliothèque: un monstre! Deux énormes bâtiments: un ancien, l'autre moderne...Certainement plus grande que toutes les bibliothèques municipales de Paris réunies! Et depuis toujours, les grandes bibliothèques m'angoissent... Oppressée par tous ces siècles de savoirs? Peur d'y restée enfermée la nuit? De me perdre dans ce labyrinthe? Ou plus bêtement...peur que ces kilos de réflexions me tombent sur la tête (!!) ? Bref, bref, bref...Toujours est-il inconsciemment, certainement, avant même de me perdre  dans les dédales de la connaissance, je n'ai pas trouvé quel bus emprunter pour y aller! Pleine d'énergie, je me lance dans une bonne heure de marche, heureuse de faire un peu d'exercices, avant de passer des heures à bouquiner.
              Arrivée à la bibliothèque: quelques petites minutes pour comprendre le bâtiment dans lequel je dois me rendre, plusieurs dizaines de minutes pour comprendre que l'on n'a pas le droit d'entrer avec nos sacs, et que l'on doit mettre nos affaires dans un vestiaire, avec un code, un papier et blablabli et blablabla...Je me dis sereinement que c'est une procédure que l'on trouve souvent en Chine, peut-être nécessaire vu le nombre de la population. Donc sereine...Je remplie mon formulaire d'inscription. Détendue... Et voilà qu'elle me dit qu'en tant qu'étrangère, il me faut mon passeport! Ah non non, hors de question que je fasse demi-tour. Un gentil garçon qui m'avait aidé depuis le début à comprendre toute l'organisation de la bibliothèque lui demande poliment pourquoi ma carte d'identité ne suffit pas...Je me sens tellement loin des Chinois dans ces moments- là! Moi, je serai plutôt du genre à protester haut et fort (bon, d'accord, pas dans la bibliothèque nationale, quand même!), lui impassible et serein... Je me rends de plus en plus compte qu'on est un pays d'hystériques!!

            J'avais un besoin irrésistible d'assouvir ma soif de lecture...Direction l'Académie centrale de théâtre, dans la rue la plus mignonnes de toutes les rues mignonnes de Pékin: Nanlouguxiang! Petite feinte: "Oui oui bien sûr, je suis une étudiante de votre école". Et hop! Je me me faufile dans les rayons: très peu de livres en anglais (aucun en français!), et des milliers de revues, essais et livres en tout genre sur le théâtre, en chinois bien sûr...Et c'est là que j'ai compris la frustration! J'ai sous les yeux toute la matière dont j'ai besoin pour mes recherches...mais il me faudrait des heures pour lire un article, alors même que je dois en lire des dizaines! Après en avoir feuilleté quelques uns, à un rythme d'escargot, je suis retournée à mon seul livre sur mon sujet, en français, qui heureusement est passionnant. Quelques heures passées dans mon "café-arbre", où on se prend pour le Baron Perché de Calvino, regardant le vie de très loin, depuis notre arbre...

Posté par xiaonanane à 04:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur L'enfer des bibliotheques...

    ce que tu fais c'est vraiment ce que l'on pourrait appeler profiter des vacances! satisfaire son soif de connaissance, découvrir les interminables galleries et couloirs de la bibliothèque nationale chinoise, se perdre dans ce temple du savoir! j'imagine ces millions de bouquins et livres remplis de milliards et milliards de caractères chinois: c'est presque artistique dans mon imagination! bon courage petite nawal pour réussir tous ces dossiers, je suis très fière de toi.

    Posté par inma, 29 janvier 2009 à 10:55 | | Répondre
Nouveau commentaire